mercredi 23 novembre 2016

23 novembre 1407 : Assassinat de Louis 1e d'Orléans


On ne peut pas dire que le 15e siècle fut tranquille en France. Ravagé par la Guerre de Cent Ans où la France se plie de plus en plus face à l'ennemi anglais, le règne du roi Charles VI n'aide pas à remonter la pente et se montrer serein face à l'avenir. Pire encore, des querelles à l'intérieur du royaume grandissent, entre deux clans : les Armagnacs et les Bourguignons. Deux rivaux puissants, puisque le premier est mené par le frère du roi de France, Louis 1e d'Orléans, et le second par le puissant duc de Bourgogne, Philippe II le Hardi puis son fils Jean. Des luttes pour des terres, le pouvoir, la domination sur le roi … une lutte à mort, jusqu'à celle du duc d'Orléans ce terrible jour de 23 novembre 1407, où il fut assassiné. Je vous raconte cette histoire.


Avant de vous expliquer le pourquoi de cette mort, il faut que je vous raconte qui est Louis d'Orléans, et pourquoi le clan bourguignon voulait sa mort. Cela naît très tôt, alors que le duc de Bourgogne Philippe II le Hardi, oncle du jeune roi Charles VI et de son frère Louis d'Orléans (pour faire simple, le père des jeunes hommes, Charles V, était le frère de Philippe), avait main mise sur le pouvoir, et écartait le cadet Orléans des hautes fonctions. On passa à plusieurs reprises près de la guerre civile, notamment près de Paris. Quand Philippe le Hardi meurt le 27 avril 1404 d'une maladie infectieuse, Louis se sent plus libre.

Son frère, Charles VI, souffre de démence et se montre incapable de gouverner, parfois de longs mois, et il a chargé son épouse, Isabeau de Bavière, pour assurer la régence. La jeune femme a soutenu un temps le clan bourguignon, mais finit par s'allier à Louis 1e d'Orléans pour mener la politique du royaume. Et pas seulement de politique, les deux deviennent amants, peu importe qu'Isabeau soit reine de France et que Louis soit marié à Valentine Visconti. Bien sûr, ils se montrent plus que discrets, les temps restent bien troublés. Surtout que la querelle n'est pas fini, le nouveau duc de Bourgogne n'est autre que Jean Sans Peur, un homme pour le moment moins puissant que son défunt père, mais au caractère bien trempé.Moyen En guise de protection, Louis d'Orléans a construit certains châteaux, comme celui de Pierrefonds, pour servir de tampon entre Paris et la Flandre, terre de son ennemi.

Malgré les traités de paix et les réconciliations de façade, les deux clans ne cessent de se provoquer, et de se battre. Le duc Jean Sans Peur a donc l'effroyable idée de faire assassiner son ennemi, afin d'affaiblir le clan rival et avoir la toute-puissance sur la régence royale. Le complot est préparé depuis l'été, en payant des hommes de main pour l'attaquer, et neuf jours avant, l'hôtel de l'image Notre-Dame est loué pour préparer le coup et attendre le bon moment. Quelques jours auparavant, la reine Isabeau avait accouché d'un petit garçon, et Louis allait donc saluer la reine et présenter ses félicitations. Cette dernière logeait à l'hôtel Barbette (aujourd'hui disparu), rue Vieille-du-Temple, à Paris. Aux environs de 20 heures, Thomas de Courteheuse, valet du roi, prévient Louis d'Orléans que sa majesté le demande de toute urgence. Il s'agit d'une ruse, le marot est lui aussi dans le complot, il sert d’appât pour faire sortir la proie. Le duc monta sur son mulet, entouré d'une dizaine de gardes et serviteurs en guise d'escorte, pour se rendre à l'hôtel Saint-Pol, à un kilomètre de là.



Comme vous le devinez, il n'y arriva jamais. A peine fit-il quelques mètres qu'une quinzaine d'hommes armés se ruèrent sur le petit convoi. Surpris de ce traquenard, le duc s'est écrit « Je suis le duc d'Orléans ! » et quelqu'un rétorqua « C'est lui que nous voulons ! ». Louis 1e d'Orléans se prit un coup de hache sur la tête et mourut sur le sol de la rue, aux environs du n°50.

Au tout départ, tout le monde est choqué par cet assassinat cruel et orchestré, une enquête est lancée pour trouver les coupables. Jean Sans Peur prend les devants et assume son geste, pensant (à tort) qu'on le soutiendrait. Raté. Tout d'abord, le parti Orléans demanda justice, notamment l'épouse Valentine Visconti (qui rejoindra son mari dans la mort un an plus tard), l'héritier Charles d'Orléans, mais aussi les partisans du duc. Impossible de réclamer la mort d'un homme aussi puissance, Jean Sans Peur est par contre désavoué un temps. Mais puisque la justice ne peut aider, les deux clans se lancent dans une guerre civile qui durera jusqu'en 1435 ! Pendant ce temps là, Charles d'Orléans est fait prisonnier après la bataille d'Azincourt en 1415 pendant 25 ans, et Jean Sans Peur se fait assassiner en 1419. Son fils Philippe III de Bourgogne, négocie le Traité de Troyes en 1420 où la France appartiendrait à l'Angleterre dés la mort de Charles VI

Cette affreuse querelle de pouvoir a provoqué bien plus de dégâts que le duc Jean Sans Peur aurait pu imaginer, une lutte interne dans une France déjà bien décharnée par le conflit contre l'Angleterre (qui ne se terminera qu'en 1453) et le nouveau roi de France Charles VII, arrivera enfin à mettre un terme à cette guerre civile qu'en 1435, où il donne l'indépendance de la Bourgogne !




Quant à Louis 1e d'Orléans, grand donateur du Couvent des Célestins à Paris, il y fut inhumé dans la chapelle Orléans, tout comme ses fils et son épouse Valentine Visconti. Bien évidemment, le couvent fut profané durant la Révolution Française, devenant un dépôt de bois puis une caserne, les corps jetés à la fosse commune, mais quelques gisants, comme celui de Valentine Visconti, furent retrouvés. Cette dernière se trouve aujourd'hui à la Basilique Saint-Denis.

1 commentaire:

  1. Article très intéressant ! ! Je suis en admiration devant le tableau que tu as choisi pour illustrer ton article, il est vraiment très très beau ! !

    RépondreSupprimer